Une chambre à soi

Nuit. Petite chambre, petite lumière et petit lit pour ma grande taille. Au dessus de la porte, deux carreaux pour laisser l’éclairage du couloir. Les deux lumière vont pénétrer la pièce pour lui donner de la chaleur.

A gauche de ma couchette, la mini table de chevet et ses broutilles : livres, lampe, chargeur de téléphone et autres choses inutiles.

Plus au fond, la très grande armoire. Enfin quelque chose à ma taille. Chacun des tiroirs, assez grand pour contenir mon petit frère.

En face de celle-ci, mon bureau. Une partie pour travailler une autre pour l’ordinateur.

Ma chambre, plus petite pièce de ma maison mais de loin ma préférée. Plus petite et donc plus chaude. Le tapis douillet et mon meilleur ami, le matelas compensé. Mon espace à moi. Agréable et cosy, voilà ma chambre.

Aucuns changements pour le confinement, juste d’avantage de coussins et des réserves de gateaux.

Georges

Une chambre à soi

Ma chambre, ma bulle.

Quand on pousse la porte blanche recouverte de stickers et de photos on aperçoit une chambre de 14m2, mais aussi un mur et demie en gris, les autres en blancs, ainsi que du parquet clair. A droite il y a les deux fenêtres, avec un radiateur en dessous. Juste à côté il y un bureau en bois voilé d’une peinture grise avec un grand autocollant effet marbre collé dessus, ce bureau me sert à tout sauf à faire mes devoirs, en haut du bureau il y a un tableau en liège, avec à côté des posters et des photos, ce bureau est accompagné d’une chaise en plastique grise. A sa droite, une commode en bois enrobée de blanc où se trouvent toutes mes affaires d’art. En face, se trouve une bibliothèque badigeonnée d’un blanc crème où aucun livre ne s’y trouvent mais plutôt des bibelots. A sa droite une coiffeuse submergée d’un blanc jauni et de multiples produits de beauté, la coiffeuse est accompagnée d’une chaise blanche. A la droite de cette coiffeuse se trouve donc la porte. A la droite de cette entrée, deux armoires enduisent de blanc prêtent à craquer, c’est ici que je range mes livres. En face un lit. Un lit pour une personne et demie, la taille parfaite. Sur ce lit de multiples coussins sont posés, quelques doudous et une géante Minnie. Ce lit est un endroit favorable pour faire ses devoirs où lire. A gauche de ce lit se trouve une table de nuit blanche. Juste en haut de cette table de chevet se trouve un miroir noir avec quelques photos autours. Entre le lit, les deux armoires et la table de nuit se trouve un tapis blanc crème avec des rayures bleu marine. En haut du lit, deux étagères en bois claires où sont posées diverses choses. A droite de ce lit se trouve un piano avec un tabouret noir. Juste en haut de ce piano se trouve une longue étagère en bois clair où des boîtes y sont posées. Dans cette chambre la décoration est un peu répétitive : des plantes, des photos, des affiches, des boites, des livres, des stickers, des guirlandes, des bougies, des posters, des totes bags… voilà la majorité. Je trouve que ma chambre donne une impression d’un endroit chaleureux, créatif et récréatif. On ne peut pas s’ennuyer, il y a toujours quelque chose à faire ou à ranger…

Cette chambre est rarement ordonnée. Il y a toujours un pull, un t-shirt ou bien un cahier qui traînent… Même là, durant cette période où je reste beaucoup plus entre ces quatre murs, elle n’arrive pas à être rangée. Mais dans tout ce bazar, j’arrive à m’y retrouver, c’est pour ça que c’est ma bulle.

Lucie Desbarres 2GT1

Une chambre à soi – RD

Une chambre d’environ 8m2, vide de toute décoration, si ce n’est une liste d’accords de ukulélé sur un mur, des cartons empilés dans un coin, dans l’attente d’un déménagement compromis par le virus qui m’enferme dans ce petit espace blanc. Deux étagères IKEA vides, une armoire à tiroirs rouge qui peine à contenir tous mes vêtements en trois étages, causant un désordre conséquent. Une chaise de bureau épaisse et métallique, trouvée dans la rue et ramenée pour ses roulettes, ses accoudoirs et son dossier massant en petites boules de plastique dures. Un bureau blanc en bois, avec un amas de feuilles posée sur sa surface, qui finit toujours par reparaître, peu importe le nombre de rangements effectués. Ce bureau ne sert donc jamais, impraticable qu’il est. On peut y retrouver, enfouis sous la couche chaotique qui le recouvre, factures de cantine, autorisations de sorties, certificats de toutes sortes. Puis, un lit simple collé à un radiateur, sous une fenêtre. Le lit est l’endroit que je préfère. Le confort qu’il m’offre me manque tous les jours, quand je vais au lycée. J’ai du mal à en sortir. Les rideaux violet foncé que le soleil a usé cachent les fenêtres qui donnent sur Montreuil, du cinquième étage.

romane debroise 2GT1

Une Chambre À Soi

Une porte entre-ouverte, recouverte d’autocollants en tout genre, de places de concert et d’une affiche abstraite. Le blanc des murs effacé par de la cinématographie en papier. De sobres vêtements, parfois même colorés, accrochés par de simples cintres sur une penderie, dans l’attente d’être portés. De lumineux enlacements accrochés de part et d’autres du mur principal, tenant des photographies et des proverbes pensifs. Puis, à l’opposé de ce limpide mur, un mobilier de verre portant un tourne-disque, des cactus et des vinyles dont la musique est souvent incomprise. Une blanche échelle ne menant nulle part, habillée par des livres que je relis sans cesse et des sacs. Enfin, sous la chaleureuse lumière du soleil traversant le verre de la grande fenêtre reflétant sur les émotions collées aux fins draps, se trouve le lieu des lamentations. Derrière l’innocente apparence de ce lieu, se trouve toutes sortes de sentiments que tout humain a déjà vécu. Que ce soit de la tristesse, de l’amour, des pleurs et même de la joie. Ces multiples émotions camouflées sous ces couvertures. Mais cela fait toute la beauté et l’amour que je porte pour cet endroit qui n’appartient qu’à moi.

Parce que c’est ma chambre à moi…

Lisa.L / 2GT1

Une chambre à soi

Voilà ma chambre, dans un appartement au 2ème étage, entre la cuisine et la salle de bain/toilette. Face à l’entrée, la porte du balcon avec des rideaux bleus et blancs transparents de chaque coté. Les 4 murs de la chambre recouverts d’ un papier peint gris avec des paillettes, sur le papier peint des posters mangas, mes dessins, un cadran. A gauche mon lit superposé.Avec mon lit, en haut, mon matelas agréable et confortable, recouvert d’une couette blanches plus douce, des oreiller parfait, des peluches prêtes a m’accueillir. A l’opposé une armoire en bois blanc avec mes vêtements. A coté de l’armoire, une bibliothèque dans laquelle mes mangas, mes DVD et figurines qui est une de mes parties préféré de ma chambre. Et pas loin mon bureau sur lequel les ordinateurs portables, la tablette graphique, des feutres marker, la PS4, des feuilles, la TV, la lampe de bureau qui me protège des ténèbres, et des tiroirs… Ma chambre, un vrai sentier. A l’entrée, un porte-manteau. Et un tapis rectangulaire, a l’opposé aussi. Ma chambre, mon espace, mon monde, mes rêves, mon quotidien, ma vie, ma prison, cet endroit me permet de me sentir à mon aise avec un sentiment de sécurité et de sérénité même malgré toute épreuve ainsi que le confinement.

Frimat L 2AA1.

Une chambre à soi

Cette chambre, qui est mienne ne m’appartient pas vraiment, on vit à deux. Cette chambre qui ressemble à une boîte à chaussures qui n’est pas très confortable ni très grande mais tout cela m’est tellement familier… Pour moi c’est un confort inconfortable. Au centre de cette pièce trône un tapis rond, bleu avec des fleurs comme motifs. A côté de la porte il y a une armoire et une 2ème qui peuvent accueillir beaucoup de vêtements. Il y a mon bureau qui est toujours remplie de paperasse et celui de ma soeur aussi mais bon… J’ai une mini bibliothèque à côté de mon bureau non loin il y a des étagèrs ou je mets mes cahiers de cours il y a aussi cette magnifique vue, ou je peux admirer le ciel et les passants depuis le 9 ème étage. Je trouve dépriment de rester enfermée toute la journée alors qu’il fait beau. Au moins je peux ouvrir la fenêtre et tirer les rideaux blanc. Le matin cette chambre est illuminée de part et d’autre grâce au soleil. Je suis en quête de liberté dans cette tour ou il n’y a rien à faire et ou je manque de place même si il y a ces contraintes il reste comme-même mon lit douillet et mes mangas et mon roman préférer avec de la musique. Cette chambre-là, ou je peux vraiment être moi-même car je n’ai rien à cacher je peux penser, rêver, dessiner et imaginer sans limites c’est mon petit monde a moi.
Elisabeth.w

Une Chambre à soi

Deux chaises, deux tables, une lampe, un lit. Sur le mur, une affiche, un calendrier de the promised neverland et un tableau en bois sans verre où il y a des différents nœuds marins. Deux grands rideaux épais, tout blanc. Une commode, trois tiroirs tous gris. L’armoire fût en bois, cinq, six étagères. Là où tout est habit, vêtement, fringue, aspect, ensemble, parure, l’armoire qui abrite la garde-robe. Le tapis recouvre une partie du sol. Je n’ai pas un joli miroir ovale, avec du maquillage, où tout est apparence, soins et organisation, dans tous les cas ça me correspondrait pas. Ici je suis à l’étroit, je ne pourrais pas dire que j’ai une chambre à moi mais j’ai un coin à moi, notre bibliothèque.

Catherine woloszyn

Une chambre à soi

C’est une pièce assez simple . Un petit canapé gris et noir , des rideaux marrons clairs qui avec le soleil ont des reflets oranges , un grand lit. Une armoire incrustée dans un mur blanc avec trois étagères . Une grande fenêtre souvent entrouverte laissant pénétrer  la lumière du jour et les bruits du quartier . Les murs blancs qui s’illuminent avec la lueur du jour et s’assombrissent avec la tombée de la nuit. Un espace assez petit et confortable . Une ambiance tamisée avec les rideaux fermés , la musique qui traverse toute  la pièce et étouffe les bruits de l’appartement. Des boites à chaussures vides contre le mur prêtes à être réutilisés .Des croquis de dessins inachevés , des feutres et des crayons de couleurs partout sur mon lit. C’est la pièce dans laquelle je passe souvent mon temps à rêvasser , papoter au téléphone , dessiner…..etc. Elle est témoin de mes innombrables disputes avec mes frères et sœurs .Des cachettes remplies de sucreries . Un sentiment de sécurité et de sérénité .

Haby CAMARA .    

Une chambre a soi

Dans un coin de ma chambre, un lit aux draps blancs. Deux oreillers posés entre la tête de lit et le matelas. L’un est couché et l’autre est semi levé, adossé contre un mur. Au fond, une fenêtre ouverte fait entrer la lueur du soleil a travers la pièce. Les rideaux qui l’ornent sont délicats et transparents ils volent au gré du vent qui m’enveloppe de son délectable parfum frais. Le radiateur en dessous ne fonctionne pas, d’ailleurs il est très encombrant et jauni par le temps. Entre le radiateur et le lit se trouve ma petite table basse improvisé. C’est une boite de bois fixée sur le mur dont le papier peint imite des planches de bois peintes dans des couleurs pastel. Des romans que j’ai dévoré durant ses dernières années y sont tassés. Au dessus une petite lampe discrète et un réveil bleu qui fait un bruit aigu et strident très agaçant. Mon armoire est dans un coin en face de mon lit. Blanche et imposante elle est constituée de quatre bac carré identique qui me servent de rangement pour mes affaires d’art, par exemple. Il lui reste quatre autres trous carrés qui laissent place a toute sorte de littérature. En son sommet j’ai regroupé bibelots, travaux d’arts, de vieux jouets poussiéreux ainsi qu’un pauvre youcoulélé oublié. A droite de l’entrée un placard très grand où je range tous mes vêtements. Lui aussi est jaunâtre à cause des anciens proprios un peu trop tournés vers la cigarette. Pour conclure, la touche pétillante de ma chambre est mon bureau. Sans lui le décor ne serait pas le même: il reflète mon univers avec des dessins, des feutres et beaucoup de couleur, que dis-je énormément de couleur partout !

Ilona Maes 2GT1

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer